lundi 7 mai 2012

RODOLPHE fabricants d'orgues de père en fils.

Couverture du catalogue RODOLPHE Fils de 1901.

Nous avons trouvé ce beau catalogue intéressant de la fabrique d'harmoniums et d'orgues  RODOLPHE Fils. Il date de 1901. Si vous souhaitez obtenir des éléments de ce catalogue n'hésitez pas à nous contacter.

Nous avons découvert par la même occasion, le très beau site de l'association de l'harmonium français, ainsi qu'un article consacré à la Maison RODOLPHE écrit par Patrick Alain FAURE, dont nous avons extrait quelques passages.

"Le fondateur de la maison Rodolphe est le facteur Pierre-Louis-Alphonse Rodolphe, qui comme presque tous ses confrères, commença par être apprenti ébéniste en 1827. Après son apprentissage, il suivit le parcours traditionnel, en travaillant notamment dans la facture de piano comme "finisseur" chez Pleyel et Pape. Il devint ensuite contremaître chez Fourneaux, pépinière de jeunes facteurs, et s'établit à son compte en 1850".
Deuxième page du catalogue.
"On le trouve avant 1859, au 64 rue Amelot à Paris et ensuite au 15 rue de Chaligny, rue proche, dans le faubourg Saint-Antoine de celle de Christophe-Etienne. Cette dernière adresse est de loin la plus fréquemment retrouvée".
Marque d'Alphonse Rodolphe.

Portrait d'Alphonse RODOLPHE;

"La maison était organisée en deux centres de fabrication. La fabrique de Nogent sur Seine (Aube), dotée de tous les perfectionnements techniques et d'une machine à vapeur de 20 chevaux, était un ensemble industriel de 4000 mètres carrés de superficie. Elle était dirigée par Emile Rodolphe, fils de Pierre-Louis-Alphonse, et servait au stockage des bois de toutes qualités et produisait les pièces détachées. Transportées par canaux, ces pièces étaient montées à la manufacture de la rue de Chaligny dirigée par l'autre fils de Pierre-Louis-Alphonse à savoir Alphonse Rodolphe".

Emile RODOLPHE.

"La maison Rodolphe participa à l'Exposition Parisienne de 1855, puis à l'Exposition Universelle de Londres, en 1862, puis aux Expositions Universelles de 1867, 1878, 1889 et 1900. Elle obtint plusieurs médailles d'or".
Marque RODOLPHE Fils.

"Le point le plus complexe et le plus mystérieux dans l'histoire de la maison Rodolphe est la reprise de la marque Debain. A ce sujet, beaucoup de choses ont été dites sans qu'une vérification historique ne vienne les confirmer et ainsi il a été commis de nombreuses erreurs. Dans l'état actuel de nos connaisances, les conditions de reprise de la marque Debain restent très floues. En effet, la maison Rodolphe mentionne dans de nombreuses publicités et sur ses plaques : " Rodolphe fils, seuls successeurs de la fabrication des harmoniums Alexandre Debain". Mais nous ne savons ni quand, ni comment, ni pourquoi Rodolphe a repris la marque Debain. Rodolphe n'a pas succédé proprement dit à Debain, car comme nous l'avons vu cette maison existe depuis 1850 et Alexandre Debain n'est mort qu'en 1877. Si certains détails semblent avoir été repris, ce sont surtout des pièces détachées qui ont été probablement réutilisées et encore en petite quantité. Rodophe avait sa propre façon de fabriquer et possédait sa propre manufacture. La reprise de la marque Debain s'est probablement limitée à aposer le nom Debain à côté du nom Rodolphe et ce dans un but commercial, la marque Debain devenant alors un gage de qualité et de sérieux".

Patrick-Alain Faure
novembre 2007



Pour en savoir plus consultez le site de l'association de l'harmonium français.


1 commentaire:

  1. L'œuvre de mon arrière grand père facteur d'orgues et de pianos à Nogent sur seine et à Paris, Rodolphe était le nom de jeune fille de ma grand mère paternelle, Jean-Baptiste à retrouvé dans les archives familiales des photos des ancêtres et de la fabriques sur plaques de verre et photos, merci à ces sites dédiés de s'y intéresser et nous sommes à leur disposition pour leurs fournir les photos que nous possédons.

    RépondreSupprimer