samedi 18 avril 2015

Le VARITONE de SELMER ou l'histoire du premier saxophone électronique.


Remettons nous dans l'ambiance..... pour ceux qui y étaient......Dans les années 60, souvenez vous, le "Yé-Yé" et la guitare électrique faisaient fureur et avaient remisé "Petite fleur" de Sidney BECHET dans les "boites" pour adultes vieillissant. Les teenagers clarinettistes et saxophonistes avaient bien du mal à se faire entendre et à lutter face à ces groupes de guitaristes "amplifiées"....."à peine musiciens " qui nous piquaient tous les contrats. Comme moi vous vous êtes, sans doute, essayés à la guitare "hurlante" pour jouer à armes égales.......
Et c'est alors que.....Selmer est arrivé, avec son saxe électronique : Le VARITONE. Nous aussi nous allions pouvoir faire jouer les décibels... mettre les belles à nos pieds et retrouvez notre situation de Saxophoniste leader.
Première page de la brochure Selmer.
C'est en 1965 que Selmer s'associe avec la société Electro-Voice (EV) pour développer un concept révolutionnaire de saxophone électronique. Le Varitone est un concept très novateur et assez abouti qui consiste à placer un micro en céramique sur le bocal, permettant de recueillir un son naturel de l'instrument (Saxe Ténor ou alto).
Bocal de saxe alto muni de micro.
Ce micro est relié à un préamplificateur fixé sur la garde des clés de Si et Sib main droite, de façon à utiliser les différents potentiomètres:  3 pour régler le volume, l'écho et le volume de l'effet du sous octave. Les quatre leviers permettaient , l'écho, le trémolo, d'égaliser les graves, les médiums, les aigus.....Un petit synthétiseur pouvant être utilisé en jouant, comme sur une guitare électrique.
Préamplificateur du Varitone et ses sept boutons de contrôle.
Le tout relier à un amplificateur spécifique Varitone avec un bouton pour régler le trémolo et un bouton marche arrêt.
Tableau de l'ampli du Varitone.
Voici une démonstration par un musicien japonais.....qui montre les effets simples du Varitone, à notre avis pas suffisamment inventifs pour montrer les qualités de cette invention très originale pour l'époque.
Concept trop novateur pour l'époque, le Varitone ne rencontra pas le succès escompté.
En plus de la brochure, Selmer distribuait un petit disque de démonstration.


Très peu de musiciens utilisèrent ce Varitone ; le seul qui a su l'utiliser et en faire quelque chose fut Eddie HARRIS (1934-1996), mais sa musique Funk et Jazz R and B pouvait s'adapter à l'électronique. Eddie HARRIS est un musicien très inventif, il enregistra en 1967 avec le Varitone dans un disque très célèbre "Electrifying Eddie Harris"....un de ses tubes : Listen Here.
On peut l'entendre en 1969, en live à Montreux où il utilise un système modifié.
Un autre grand tube d' Eddie Harris que nous jouons régulièrement : Cold Duck Time.
Eddie Harris et son compère Les McCANN assez régulièrement classés dans les Hit-parades de l'époque, notamment avec ce célèbre "Compared to What".
Autre grand jazzman qui enregistra, entre 1966 et 1971,  13 disques avec le Varitone : Sonny STITT, mais ce musicien be-bop n'avait besoin d'aucun artifice pour montrer son talent. Dans tous ses disques utilisant le varitone, Stitt l'utilise plus comme un micro-amplificateur, sans pratiquement jamais utiliser ses nouvelles possibilités.

Publicité Selmer avec Sonny STITT en
couverture.
La plupart des disques de Sonny STITT utilisant le Varitone sont des disques "commerciaux" comme celui-ci, avec Gene Ammons au ténor, où en duo ils jouent des thèmes bluesies, avec orgues Hammond et guitariste....en utilisant un effet écho, sans intérêt qui affaiblit le point fort de ce formidable musicien méconnu (Un de mes modèles), la vélocité et le lyrisme. Donc si vous n'écoutez qu'un extrait....Voici une pépite de Sonny Stitt, sans Varitone....."Lover Man".


Cet extrait nous permet de saluer une autre de nos idoles : Kenny CLARK.
Page 2 de la brochure Selmer, Varitone.
Si le Varitone n'a pas percé, c'est bien sur parce qu'il était trop en avance par rapport à son époque, mais surtout parce qu'aucun musicien n'a su l'utiliser (A l'exception d'Eddie HARRIS) et créer une musique pour ce nouveau saxophone électronique. D'ailleurs avons nous besoin d'un saxophone électronique ?

Moi, personnellement je préfère le son de mon Mark VI......même amplifié.
Page 4 de la brochure Selmer.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire