jeudi 27 juin 2019

Michael DUVAL (c1747-1815) facteur de flûtes à Maastricht. Inventeur d'un système de clés original. Michael DUVAL (1747-1815) flute Maker, inventor of an original keys system.

Guy Laurent nous avait montré une flûte de WINNEN, originale avec un système de clés que nous n'avions jamais rencontré.
Flûte en ébène, baguée en ivoire à 3 corps de rechange et 4 clés. (Coll Guy LAURENT)

Ce système tout à fait particulier nous intriguait, car aucun autre instrument de ce type n'avait croisé notre route et nous pensions que les WINNEN (Frères ou/et Père et fils.....en passant je suis preneur de toutes informations sur cette famille de facteurs parisiens ) étaient particulièrement inventifs, surtout après avoir vu le formidable basson muni d'un système de clés, lui aussi très original (fait par FELIX. Voir article sur ce sujet : Clés de Félix)
Et puis une visite au MIM de Bruxelles, accueillit formidablement par Gery DUMOULIN (encore merci pour votre accueil), pour rechercher mes poinçons d'argent sur les instruments français....me permit de croiser, une flûte à 4 clés munie du même système de clés et portant la marque de DUVAL?
Flûte à 4 clés argent de Duval à Maastricht. (Coll. MIM de
Bruxelles N°1078)
Tiens ! qui c'est celui là.....Langwill ...... : "Michael DUVAL (b Normandy c1747; d Maastricht 29 November 1815) installé depuis c1780 à Maastricht".
Depuis je n'ai pas trouvé de nouvelle information sur ce facteur d'origine française (peut être de la région de La Couture), qui devait être militaire avant de s' installer en Hollande sous contrôle français à cette époque et dirigée par Louis Bonaparte, le frère de Napoléon.
En revanche, grâce à Gery Dumoulin, nous en savons beaucoup plus sur cette flûte et son système de clés. Outre le fait que la tête de l'instrument porte la marque de Charles SAX à Bruxelles, voici ce qu'écrit V. Mahillon dans son catalogue à propos des clefs de l'instrument 
"Les clefs méritent une mention spéciale ; l’obturation des trous latéraux se fait à l’aide d’une soupape métallique au lieu du tampon ordinaire. Une ouverture rectangulaire est découpée vers le milieu de la clef, dans le sens de sa longueur ; cette ouverture s’emboîte sur une pièce de bois, également rectangulaire, laissée en relief sur la périphérie du tuyau et qui sert ainsi de guide au mouvement de bascule de la clef. Une vis traverse deux des côtés de l’ouverture rectangulaire de la clef, ainsi que la pièce de bois, de sorte que les deux extrémités de la vis servent de pivots à la clef." (Source Gery Dumoulin MIM de Bruxelles)
Photos diverses de détails de la flûte de Duval.
(Source Gery Dumoulin, MIM Bruxelles)
En fait on voit que M. DUVAL avait repris le système anglais des "pewter plugs" en étain breveté par Richard POTTER (1726-1806) dans son brevet de 1785, qui ne rencontra aucun succès en France mais très utilisé en Angleterre et à Vienne au XIX éme siècle.

L'innovation des flûtes de DUVAL concerne le système de fixation des clés par un système de blocs améliorés. C'est aussi une des rares applications du système Potter trouvée sur une flûte "Française"....système utilisé également par J.D. Holtzapffel à Paris, mais avec des tampons en cuir.


Flûte Holtzapffel
Coll. RP
























Il existe également une flûte de GODFROY Aîné de ce modèle, montrant que les "innovateurs" passaient par des facteurs plus prestigieux pour vendre...leurs systèmes , comme DUVAL l'a fait avec WINNEN. De plus cela montre que le système des "pewter plugs" a bien été proposé sur le "marché" français mais sans succès. 
Flute Godfroy Aîné à 8 clés dans la "façon" de
Holtzapffel. (Ebay)
Il existe une flûte à une clé de DUVAL, dans la collection de Dayton MILLER portant la marque : "DUVAL/12/A MAESTRICHT". (DCM 418)




Une flûte en La,  antérieure à cette innovation de DUVAL, mais qui comporte néanmoins une clé à "pewter plug", montée sur un bloc. Elle comporte également une patte originale évasée à l'extrémité. (Musée de la musique de Paris : E.980. 2 . 5) 

 On peut voir à travers cet exemple, comment les innovations circulaient en Europe entre les différents facteurs, fin XVIIIème, début XIXème.

Pour lire  cette article en musique, nous vous proposons d'écouter la flûtiste Anna BESSON.



jeudi 23 mai 2019

"Nouveau bonnet" ou "Résonnateur" pour flûte traversière de Couesnon. New caps or "Résonnateur" for flute from Couesnon.

La dernière vente de Vichy, a été riche d'enseignements en particulier au niveau de la flûte. Mais à coté des ventes spectaculaires : Flûte de Claude Laurent, Flûte de Portaux....Tulou etc....ce sont joués des "batailles" plus discrètes mais néanmoins animées comme par exemple pour ce petit morceau de bois de cinq centimètres.....Un "Résonnateur"Couesnon pour piccolo........

Bien entendu, je n'étais pas le dernier à vouloir m'accaparer ce petit "bout" de toutes les convoitises. Mes arguments, bien préparés étaient légitimes.....étant le plus mauvais flûtistes des prétendants, cet ustensile étant, selon le catalogue Couesnon, susceptible de supprimer les canards....il était fait pour moi. Mais que nenni, un flûtiste expérimenté....mais néanmoins ami n'a eu que faire de mes doléances et a poussé la chose....jusqu'à 300 euros sans les frais, cela fait cher du cm !!!

Etant déjà l'heureux propriétaire d'une flûte Couesnon avec "Résonnateur", je souhaitais compléter cette collection de bidules...Ce sera pour une autre fois, et je me suis consolé en apprenant des flûtistes experts que ce truc ne servait à rien. Mais alors ne serais-pas le piccolo Buffet-Crampon sur lequel était monté ce machin qui était source des convoitises ??? Et je n'ai rien vu !!! 
Catalogue Couesnon  de 1915.

Flûte Couesnon Monopole avec "Résonnateur".
Collection du Musée de la Musique de Paris
Marque flûte Couesnon.
Coll. Musée de la musique
de Paris.
Marque flûte Couesnon.
Collection RP
Flûte Couesnon avec "Résonnateur" dans sa boite.
Coll RP
Marque du "Résonnateur"
Coll. RP

vendredi 19 avril 2019

La famille DIETZ, trois générations d'inventeurs et de fabricants de pianos, créateur de la clavi-harpe. The DIETZ family, three generations of inventors and makers of pianos, creator of the clavi-harp.

La prochaine vente de Vichy du mois de mai 2019 propose une magnifique clavi-harpe de Dietz. Nous avons voulu en savoir un peu plus sur ce facteur et sur cet étrange instrument.








Jean Chrétien Dietz, premier de cette génération est né à Darmstadt dans le canton de Hesse en Allemagne en 1778. Né dans une famille d'origine viennoise, il était mécanicien et  s'installa sur les bords du Rhin à Emmerich. C'est là que naissent ses enfants et une de ses premières inventions musicales : le mélodion (1805), petit piano carré proche du phys- harmonica. Ses sons proches de ceux de l'harmonica étaient produit par le frottement de tiges métalliques. Ses voyages en Hollande lui donnent l'occasion de présenter son invention dont il vendra quelques exemplaires, lui permettant de créer une société de fabrication d'instruments de musique et d'objets de mécaniques.
Mélodion de Jean Chrétien Dietz vers 1805
(Grassi Museum N°357)



















Dans la même période il met au point une harpe éolienne dont les deux cotés sont montés avec des cordes à boyau.
Harpe d’Éole. Vers 1805
(Collection MIM N°1512)
Il réalisa également la calipsonance, formée d'abord de diapasons puis ensuite de tiges métalliques placés verticalement sur des règles en sapin, sur lesquelles ont été collé des bandes de verre, frottées par les doigts.
Suivra le Trochléon, une sorte de piano à archet circulaire, type Geigenwerk.
En 1813 il est appelé à Paris par le Comte de Montalivet, ministre de Napoléon pour mettre au point des moyens mécaniques destinés à creuser des canaux. Installé à Paris en 1813 , il obtient un brevet de 10 ans le 18 février 1814 pour l'invention de sa Clavi-Harpe ou Harpe à clavier.
En 1816, il obtient un brevet pour : "Un moteur à vapeur applicable aux mécaniques" qu'il vend à Théophile Cauchoix en mai 1817.
En 1819 il participe à l'exposition de Paris où il présente sa clavi harpe. Il n'obtiendra aucune récompense. (Dietz et Cie 6 rue Notre Dame de Nazareth)
Cette même année J.C Dietz quitte Paris pour créer une usine de machines hydrauliques à Bruxelles. Son fils Christian (Chrétien) Dietz (1804-1888) suivant l'exemple de son père apportera dès l'âge de 15 ans des améliorations à la clavi harpe.
Signature du brevet de la clavi-harpe. (Source INPI)
Texte du Brevet de la Clavi-Harpe. (Source Inpi)

Cette harpe à clavier possède des touches qui font mouvoir de petits crochets, garnis de peau et qui pincent les cordes de métal filées de soie. Deux ou quatre pédales permettent de modifier le son. Cette invention sera exploitée par les 3 générations de la famille Dietz jusqu'à la fin du XIXème siècle.

Mécanisme d'une clavi-Harpe.
D'abord installé rue Notre Dame de Nazareth puis au 36 rue des petits Champs, ses ateliers seront ensuite transférés au 26 rue Bondé, puis 13 rue Neuve des Capucins pour arriver au 53 rue Fontaine Saint Georges. Christian Dietz participe à l'exposition de Paris de 1827 et obtient une médaille d'argent pour la présentation de sept instruments à clavier dont une clavi-harpe et un grand piano à queue à quatre cordes.


Il fabriquait des pianos de toutes formes : ovale (1822), trapézoïdale (1824), ogivale (1826). En 1824 il invente un aérophone dont les lames métalliques sont mises en vibration par le vent.
Aérophone de Charles Dietz (1824)
Musée de la musique de Paris

Photo de Charles (Christian) Dietz (1804-1888)


Voiture à vapeur de Charles Dietz. (Source INPI)

Non seulement Charles (Christian) Dietz était inventif au niveau des instruments de musique, mais il l'était également au niveau des machines à vapeur. Il obtint notamment un brevet en 1841 pour "une voiture à vapeur dite remorqueur voyageant  sur des routes ordinaires."

Le violon selon C. Dietz. (Musée MIM de Bruxelles)
Il obtient un brevet le 15 mars 1856 pour un piano à queue verticale. En 1860 il met au point un violon qu'il lègue au MIM de Bruxelles. Il décède à Paris en 1888.
Son fils Christian Dietz sera lui aussi ingénieur, fabricant de pianos et de harpes à Bruxelles. Il obtiendra pour ses clavi-harpes une médaille d'argent à l'exposition universelle de Paris en 1889 et une d'or à celle de 1897.

Clavi-Harpe de Christian II Dietz.
Scenkonst Museet Stockholm 

lundi 8 avril 2019

Jean François SALOMON (1781-1831) inventeur de l' Harpolyre, à Besançon. Jean François SALOMON (1781-1831) inventor of the Harpolyre, in Besançon.

Le XIX° siècle, avec l'avènement de la musique romantique voit se développer l'intérêt pour la guitare. De nouveaux virtuoses de l'instrument, comme Fernando SOR se produisent dans toute l'Europe. Certains inventeurs cherchent à développer la guitare classique, c'est le cas de J.F. SALOMON et de l' Harpolyre qui malheureusement ne rencontra pas le succès qu'il escomptait.
Harpolyre de J.F. SALOMON. (Collection J.M. Renard)

Jean François SALOMON est né le 22 mars 1781 à Besançon. Son père Louis SALOMON était maître boulanger et sa mère était Louise GRESSET. Il devint orphelin assez rapidement, puisqu'il perdit son père, veuf de son épouse en 1786.
Signature de J.F. SALOMON.
On ne sait pas comment il se forma à la musique, mais il était déjà professeur de musique à son mariage avec Jeanne Bégnine CHALON, la fille d'un serrurier de Besançon le 12 avril 1809.
Marque de l' Harpolyre de la collection J.M. Renard.
Ils eurent plusieurs enfants : Françoise Catherine SALOMON (1810), Claude Etienne SALOMON (1811), Charles Henry SALOMON (1812), Sophie Antoinette SALOMON (1817), Christine Marie SALOMON (1822), Augustine Sophie SALOMON (1825).
Marque au fer d'une Harpolyre du Musée de La Villette.
En 1825, il est professeur de musique, Maître de chapelle à l'église métropolitaine de Besançon, Professeur de guitare et de chant à l'école polytechnique. Le 22 août il demande un brevet d'invention pour une guitare à 3 manches et 21 cordes qu'il dénomme Harpolyre (Arpolyre).

Fixation des 21 cordes sur l'Harpolyre de la collection J.M. Renard.
Cette guitare comportait 6 cordes sur le manche du milieu, qui étaient accordées comme une guitare ordinaire. Le manche de gauche était destiné aux basses et comportait 7 cordes accordées par demi-tons depuis le mi du bas jusqu'au la grave de la contrebasse. Le manche de droite était le manche diatonique et comportait 8 cordes (ut, ré, mi, fa, sol, la, si, ut).
Harpolyre d'André Augustin CHEVRIER.
 (Métropolitain Muséum de New York)
Mais visiblement sa description de l'instrument et ses explications ne suffirent pas au jury, qui demanda des dessins et explications supplémentaires. Puis des erreurs d'envois de courriers retardèrent la décision, ce qui désolait le pauvre SALOMON qui avait engagé ses économies dans la fabrication d'instruments.
Lettre du 10 février 1829.
" Jean François Salomon, Maître de Chapelle de l'église métropolitaine de Besançon, inventeur d'un instrument nommé Harpolyre, sollicite de votre excellence un brevet d'invention depuis le 22 août 1828. Il a rempli toutes les formalités qu'exige cette demande. Il a eu déjà eu deux fois l'honneur de vous supplier de vouloir bien lui faire expédier ce dit brevet et pourtant il gémit toujours dans l'attente ; il est privé après avoir épuisé toutes ses ressources pécuniaires à faire fabriquer de ces instruments, d'en continuer la fabrication et il a tout à craindre que les ouvriers qu'il a employé ne deviennent contrefacteurs si ce brevet qu'il attend depuis prés de six mois ne vient pas lui donner le droit de les poursuivre". (Dossier de l'INPI)
Dessin complémentaire fournit lors de sa demande de brevet, 
montrant les différentes utilisations des trois manches 
et le branchement avec le piédestal résonateur. (INPI)
Finalement il obtiendra son brevet le 19 mars 1829. Ses instruments étaient réalisés par un luthier né à Mirecourt : André Augustin CHEVRIER qui s'installa ensuite à Bruxelles.
Pour faire connaître et développer son invention, il s'installa à Paris chez le "Sieur DUCOUDRAY rue Saint Thomas d'Aquin à Paris". Il commercialisa une méthode pour Harpolyre et demanda à Fernando SOR (1778-1839), le guitariste, né à Barcelone, le plus célèbre du moment d'écrire de la musique pour Harpolyre.
Fernando SOR.

Le 19 septembre 1829 il demande un nouveau brevet pour un "Instrument propice à accorder les instruments à cordes" qu'il nomme accordeur. Il s'agit d'un système à lames métalliques sonores, accordées sur l'échelle chromatique, associé à un mouvement d'horlogerie à ressort qui permet de faire vibrer la note choisie aussi longtemps que souhaitez. Mais là également il rencontre des difficultés et il n'obtiendra son brevet que le 18 mai 1830.
Dessin de l'accordeur. (INPI)
L'Harpolyre n'a pas eu de succès, car aucun artiste ne voulait se livrer à l'étude des difficultés liées à l'utilisation des trois manches. "Après avoir fait inutilement un long séjour à Paris pour y faire adopter ses inventions J.F. Salomon retourna à Besançon, où la fatigue de ses efforts et le chagrin d'avoir dissipé en essais le fruit de ses travaux et de ses économies, le conduisirent au tombeau à l'âge de 45 ans (49 ans)"
François Joseph FETIS
Harpolyre de J.F. Salomon (Musée de la Musique Paris)
Jean François SALOMON est décédé à Besançon à 49 ans le 19 février 1831.
Cette Marche funèbre pour Harpolyre écrite par Fernando SOR était prémonitoire.