jeudi 19 octobre 2017

ACIMV : Association des collectionneurs d'instruments de musique à vent. Séminaire résidentiel des membres du 13 au 15 octobre 2017.

par José-Daniel Touroude.

Comment résumer en quelques lignes une rencontre de 3 jours aussi foisonnante pour les 30 ans de notre association ? Je ne peux que livrer mes impressions subjectives, (car les discussions et manipulations d’instruments en petit comité étaient nombreuses).

Chaque exposé mérite une retranscription de plusieurs pages et les échanges permanents et informels entre membres, les essayages d’instruments, les confrontations passionnées sur un détail d’instruments ou sur un facteur et bien sûr les prestations musicales auraient nécessité un film !
Jérome Wiss explique le fonctionnement d'une clé d'un ophicléide à notre
Président Bruno Kampmann.
(De gauche à droite : François Camboulive, Jérome Wiss,
Bruno Kampmann, José Daniel Touroude,  David Gondcaille). 
Un constat partagé par tous :

* Ce fut convivial, sympathique, détendu, amical dans un cadre original dans les anciennes usines Thibouville et dans la maison de Jérome Thibouville Lamy (transformé en gîte) avec une météo ensoleillée, ce qui nous a permis de visiter, avec une guide compétente, les lieux chargés d’histoire qui ont du sens pour nous tous, à savoir les ateliers des principaux facteurs de la Couture Boussey et même les maisons de certains travailleurs à domicile puis avec l’animatrice culturelle du musée la visite de l’exposition permanente d’instruments de ces facteurs bien sûr mais aussi de  l’exposition temporaire (notamment sur SML et Gouget) 
La maison de Jérôme Thibouville, lieu du séminaire où
François Camboulive et son épouse nous ont accueillis.

* Ce fut dense, instructif, d’excellent niveau car les conférences alternaient avec des illustrations musicales, voire des petits concerts qui entraînaient des échanges et des  discussions passionnantes et informelles (trop anarchiques pour nos amis suisses !), des rencontres entre personnes et cela du matin jusqu’à minuit !
Elodie Biteau nous présente la Maison Martin Frères
à La Couture Boussey.
* Ce fut original notamment avec un collègue suisse nous parlant de son dernier livre sur l’aérophor, ou une jeune compositrice catalane qui nous a présenté ses recherches sur deux instruments rares : la Ténora et le Tible (dont beaucoup ont été fabriqués chez Thibouville mais que n’ont-ils pas fait !)… et qui compose actuellement un duo pour clarinette et mouettes (elle m’a promis de me l’envoyer mais si elle attend trop je ne pourrais plus jouer la partie de clarinette,  je ferai alors la mouette !).
Ce livre vient de sortir.
Nous en reparlerons.
Alain Girard.














Nous avons eu aussi un exposé passionnant sur les cromornes et un autre sur les poinçons des clés en argent principalement des flûtes, un thème de recherche actuel qui précise la datation des instruments.
Ce qui est passionnant c’est qu’une collection ouvre plusieurs entrées et tout collectionneur est obligé d’avoir une vision pluridisciplinaire (passant de la généalogie qui redonne vie à des facteurs (comme le bel exposé sur Saget), à la connaissance du contexte historique et musicologique, de la compréhension des techniques de fabrication (une visite dans l’usine de Buffet Crampon s’imposait pour commencer ces journées de rencontres) à la nécessité de nettoyer voire restaurer afin de faire sonner ses instruments, à la recherche de trésors en chinant et hantant les enchères (un collectionneur est un chercheur de trésors) et l’as du marteau de Vichy présent à ce séminaire nous raconta quelques pratiques douteuses passées (ouf !) et l’évolution de son métier avec internet au cours d’un repas….  il n’y avait aucun temps mort !
(Gauche à droite : Bruno Kampmann, François Camboulive,
Guy Laurent, Paul Carré)

Beaucoup de questions annexes ont été abordées : ainsi personnellement j’ai été  questionné en tant « qu’ex technocrate et néanmoins clarinettiste » (sic) sur le projet ISF concocté à Bercy qui ne prévoit pas de taxer les collections, alors tous à Vichy !
Autre aparté (et chacun peut en rapporter des dizaines différents) sur la musique spécifique de la Corée du nord  qui s’élabore et qui ne veut pas ressembler à la musique traditionnelle de Corée (partagée par la Corée du Sud), ni la chinoise du voisin puissant, ni de l’occident honni….
* Ce fut aussi musical car montrer et commenter des instruments ne suffit pas et ce fut intéressant d’entendre des spécialistes comparer des instruments anciens différents quant à leurs sonorités, leurs spécificités…  ainsi nous avons eu le plaisir d’apprendre beaucoup de choses concernant les hautbois anciens de la part d’un spécialiste suisse, mais aussi une prestation sur divers saxophones par un professionnel talentueux…
Nous avons eu la chance avec des prestations : duo flûte et basson avec instruments du XVIIIème siècle de Prudent. Paul Carré  jouait sur une flûte Prudent du 18ème siècle et une copie d'une flûte Palanca et Denis Bèlières lui sur un basson copie de Prudent, le fameux duo clarinette basse et clarinette contrebasse (que le monde entier nous envie !) et la venue de pointures professionnelles qui ont joué des pièces pour trompettes diverses, cors, ophicléide en trios et pu ainsi clôturer en beauté nos journées.  

Duo de clarinette basse, Denis Watel et contrebasse
Frédéric Courquin.
Des souvenirs personnels aussi partagés par certains : Samedi matin au lever, encore embrumé par des ronflements de René avec qui je partageais la chambre historique de Jérome Thibouville Lamy (mais René a voulu dormir sur un matelas par terre.)
En conséquence il était logique que ses ronflements soient un Mi2 au diapason 440 (il travaille sa colonne d’air en ce moment) et logique pour un saxophoniste qui joue du ténor en sib (ce Mi2 soit un Fa# pour saxo), Fa# qui comme tout le monde le sait est près du sol ! après cette blague douteuse au lever, notre hôte m’a apporté sa clarinette neuve Tosca de Buffet Crampon n° 700 000 à essayer. Le dernier adhérent de l’ACIMV jeune agrégé de musique arrivant un peu au radar s’est mis au piano spontanément (ce n’était pas un bizutage) et à 8h pour réveiller tout le monde on a joué un tico tico endiablé !  



Un des musiciens présents à la fin du séminaire sortira lui un orgue de barbarie et jouera quelques pièces en duo avec un excellent musicien maîtrisant l’ophicléide … et le calvados aidant, il  se lança avec son orgue dans une chanson paillarde bien connue de notre président qui chanta avec lui… (même dans la voiture en revenant à Paris, cet air lui rappelait apparemment des souvenirs émouvants…)
 
La Polka Thibouville jouée à l'orgue de barbarie Thibouville par
Frédéric Gondot, accompagné par Laurent Madeuf à l'ophicléide, pour la première
fois depuis  sa restauration, la maison de Jérome Thibouville résonnait
d'une musique du Maître des lieux.
* Ce fut transversal : et c’est assez rare pour être noté. Habituellement les expertises et les discussions de chacun sont souvent cantonnées à un instrument et chacun s’exprime pour montrer ses recherches, ses savoirs et savoir-faire devant ses pairs . Ce qui est plus rare, c’est d’écouter, de s’intéresser et d’échanger avec les autres spécialistes et musiciens d’autres instruments à vent. Les collectionneurs des bois s’intéressaient aux cuivres et inversement… alléluia !
Ainsi nous avons eu des exposés sur les flûtes, clarinettes, hautbois, saxophones, trompettes, ophicléides, cors, bassons, le Basson solo de l’Opéra nous a expliqué comment le basson français avait stagné voire « régressé » (question existentielle pour certains) alors que les autres instruments continuaient à évoluer et qui nous a fait part de ses recherches. Un de nos membres facteur d’ophicléides qui continue ses recherches nous a montré un piston innovant devant une assemblée admirative de sa créativité…. 
Et puis un des invités d’honneur, le président d’une association suisse proche de l’ACIMV, nous a subjugué par la méthodologie de classement de sa collection de flûtes anciennes avec fiches rationnelles et précises (il est suisse !) de son catalogue avec illustrations musicales de pièces d’époque et du pays pour chaque instrument…  Son travail exemplaire a interpellé beaucoup de collectionneurs !
 
Ulrich Halder, flûtiste collectionneur passionné
et passionnant.

* Ce fut une ambiance passionnée : la concentration de passionnés individuels, mutualisant leurs connaissances dans une joyeuse ambiance…. aurait semblé à une personne extérieure non initiée et avertie comme un groupe de personnes un peu bizarres parfois un peu obsessionnels… avec des souvenirs et anecdotes sur des collectionneurs, des musiciens et des instruments rencontrés, des expériences de collectionneurs montrant l’acquisition de quelques trésors, chacun soufflant et commentant…
On a même frisé les crises cardiaques : il fallait voir la tête de François, lui qui connaît pratiquement tout de la dynastie Thibouville , vivant dans leurs maisons, découvrant « la polka des Thibouville » inconnue de tous pour orgue de barbarie, quant à mon ami René, il était en extase devant une flûte Bühner et Keller avec poinçons d’argent sur les clés venant de Suisse et qui manque à sa collection et qu’un bon flûtiste fit sonner…. moi même je bavais devant une clarinette Raver de Bordeaux que Denis arrivera bien un jour à me vendre, pendant que la sérieuse Nuria dessinait sur son cahier les mesures d’une Ténora Thibouville pour ses recherches universitaires etc…

* Ce fut aussi parfois administratif et formel avec l’assemblée générale de l’ACIMV ou René a pu enfin après 20 ans de bons et loyaux services et de cotisations payées accéder au pouvoir en intégrant le bureau prestigieux de l’ACIMV.

* Ce fut aussi la confrontation d’approches et pas seulement d’idées et de connaissances  notamment celles des collectionneurs-musiciens (plus attirés par les aspects esthétiques et historiques des facteurs) et celle des musiciens-collectionneurs (attirés par la réparation voire la restauration pour jouer avec leurs merveilles). Au hasard, d’autres questions comme doit-on démolir la cohérence d’une collection qui a demandé toute une vie et la refaire tourner par le biais des enchères ou la léguer à une institution intéressée ou à un autre collectionneur ami ? etc…. Ce qui m’amusait personnellement, c’était d’entendre des apartés, des débats sur les questions récurrentes et fondamentales soulevées dans la psychologie des collectionneurs que j’avais analysée il y a quelques années. 
En résumé une rencontre réussie en tous points et qui restera dans les mémoires de ceux qui ont participé.  Vivement la prochaine fois en espérant qu’on n’attende pas 10 ans !  
Assemblée générale de l'ACIMV.
La question suisse posée lors d’un repas : (mais dans le brouhaha de multiples discussions simultanées où les décibels étaient proportionnels à l’alcool ingurgité, peu ont entendu la question)
Quelle est  l’origine du mot cor anglais ?  Quizz

1°) cor anglais car juxtaposition des mots cor et anglais, son pays d’origine l’Angleterre.
2°) cor anglais car juxtaposition des mots cor et angle (en français) et il y a eu  déformation du mot.    
3°) cor anglais car juxtaposition des mots cor et ange (Engelich en allemand déformé en English ), autre déformation du mot par ces français incorrigibles.
Après tirage au sort, le gagnant (car vous aurez tous trouvé) aura un numéro spécial de la revue en allemand de l’association suisse GEFAM (facile en plus il y a un indice dans la question).

PS : Compte rendu écrit en écoutant la musique de JM Hotteterre (figure emblématique du lieu de notre séminaire) joué par le flûtiste baroque Philippe Allain-Dupré présent à ce séminaire.



Pour plus de précisions ci joint la liste des noms et qualités des intervenants et des interventions et prestations :

François Camboulive : notre hôte, collectionneur notamment des instruments de la Couture /Ivry
Exposé : présentation de quelques pièces de sa collection et de sa démarche de collectionneur

Maurice Vallet : infatigable guide des usines Buffet Crampon à Mantes
Exposé : la visite de l’usine

Alain Girard : collectionneur et spécialiste suisse du hautbois ancien
Exposé : présentation de son livre sur l’Aérophor, et sur les hautbois notamment Boehm

Jérome Wiss : collectionneur de cuivres et facteur
Exposé : présentation de ses recherches sur un ophicléide et analyse de pistons spéciaux

Frédéric Courquin et Denis Watel clarinettistes professionnels et collectionneurs surtout de clarinettes
Prestation : duo de clarinettes basses et contrebasses

Guy Laurent commissaire priseur à Vichy et René Pierre collectionneur et saxophoniste de jazz
Exposé sur la création d’une base de données des poinçons français de clés en argent

Nuria Bonet compositrice de musique contemporaine et universitaire :
Exposé sur la Ténora et le Tible catalan

Denis Watel : clarinettiste basse, professeur et collectionneur
Exposé : ses recherches actuelles sur Saget, un facteur bordelais de clarinettes et créateur de bien d’autres choses

Jean François Picard : collectionneur et facteur de cuivres
Exposé : présentation d’instruments (serpents , ophicléides, tubas…)

Denis Belières et Paul Carré : collectionneurs de bois
Prestation : mini concert flûte et basson sur instruments du 18ème  siècle de Printemps

Fred Couderc : saxophoniste professionnel et collectionneur
Exposé comparatif avec illustrations musicales de différents saxophones anciens

Elodie Biteau : du département de l’ Eure missionnée pour des recherches sur les documents liés aux facteurs
Exposé : visite de la Couture-Boussey des lieux où ont travaillé et vécu les facteurs  locaux

Laurine Millet : Médiatrice culturelle du musée
Exposé :présentation des expositions temporaire et permanente du musée de la Couture.

Pascal Gresset : flûtiste baroque professionnel et collectionneur
Exposé : sur les flûtes anciennes et présentation de la revue Tempo spécialisée dans les flûtes et ses recherches sur les concerts Lamoureux et Roger Bourdin cher à notre cœur.

Nicolas Pinard : bassoniste professionnel soliste de l’Opéra de Paris
Exposé sur le basson français et la problématique du musicien-collectionneur

Philippe Allain-Dupré : flûtiste baroque professionnel et facteur
Exposé sur les Cromornes et réalisant de nombreux essayages de flûtes au cours de ces journées

Ulrich Halder : Président de la GEFAM, association sœur suisse, flûtiste et collectionneur
Exposé : méthodologie exemplaire d’un collectionneur rigoureux et passionné

Jean–Daniel Souchon : trompettiste (militaire à la musique des troupes de marine et professeur) et collectionneur de trompettes
Exposé : sur quelques trompettes anciennes

Laurent Madeuf trombone solo à l’ODIF, Pierre Turpin corniste à l’Opéra de Paris, et Pierre Yves Madeuf corniste à la musique des gardiens de la paix tous musiciens professionnels nous ont ébloui avec un concert de cuivres pour clôturer nos rencontres avec la participation ponctuelle de JD Souchon trompette.


Frédéric Gondot altiste à l’orchestre national de l’ile de France  (orgue de barbarie et un instrument bizarre le Stroviole + chant (paillard) nous démontrera que la virtuosité des musiciens classiques de haut niveau peut s’allier à l’humour…. 

Si vous voulez vous joindre à nous, il suffit d'adhérer à l'ACIMV.....pour une somme dérisoire!!!!





lundi 25 septembre 2017

"Frédéric Eléanor Godfroy, fils de Clair II Godfroy, facteur de flûtes et inventeur d'un nouveau ressort en 1834". "Frederic Eléanor Godfroy, son of Clair II Godfroy, woodwind maker and inventor of a new spring system in 1834".

En visitant la collection de François Camboulive, j'ai découvert une flûte (parmi tant d'autres) qui "m'a interpellé"et comme François m'a autorisé à en faire un article j'en profite. Merci à lui pour sa générosité.
Cette flûte est une "Godfroy"....comme on dit classiquement, avec un système de ressort particulier. Cela tombe bien, cette famille de facteurs a été particulièrement bien étudié par Tula Giannini dans un ouvrage très documenté : "Great Flute Makers of France. The Lot and Godfroy Families, 1650-1900".
Et comme en plus je suis en train d'essayer de répertorier les flûtes des facteurs de cette famille, pour essayer de comprendre "qui a fait quoi?" et "cette flûte, elle a été faites par le père ? Le grand père ? Ah le fils....mais lequel ? en quelle année ? Et oui, il y a des numéros.....Bref malgré Tula Giannini, ce n'est pas simple.
Alors, comme d'habitude si vous avez des flûtes portant la marque Godfroy, merci pour les photos. Je ferai un article sur ce sujet vers la fin d'année.
Description de la flûte.
Au premier coup d'oeil, il s'agit d'une classique cinq clés en palissandre, baguée en ivoire, sans barillet.
Flûte B69 collection Thicam.
La clé de sol # n'a pas une forme classique.
Mais surtout quatre clés sur cinq sont munies d'un système particulier de ressorts.


video
  C'est une vidéo.

Nous n'avons jamais rencontré ce système de ressorts.
Ressort circulaire et picot.
Lorsque l'on démonte la clé, le système ce compose d'un ressort circulaire (comme dans les matelas), un picot, tout cela installé dans une partie ronde creusée dans le bois de la flûte.
Emplacement du ressort circulaire.
Le ressort est mis en place.
Ressort et picot en place.
A remarquer la forme du picot.
Seules quatre clés sur cinq sont munies de ce système, la clé de Si b comporte un ressort classique sans doute parce que le nouveau système était moins efficace (sur une clé longue) qu'un ressort plat ? D'ailleurs on peut deviner les inconvénients de ce nouveau systéme lorsque l'on constate que la clé de sol # a dû être orienté dans la longueur de la flûte et non comme habituellement avec une clé de sol # s'enroulant autour de la flûte.
Clé de sol # dans l'axe de la flûte.
Sans doute parce que, avec ce système, le basculement de la clé est plus compliqué sur une partie bombée que sur une partie plane. D'ailleurs la clé de fa est très courte et retravaillée au niveau de la spatule pour favoriser un bon basculement.
Clé de fa.
Même si l'idée était astucieuse, on imagine tout de suite les difficultés d'application de ce nouveau système. D'oû un échec prévisible.
L'inventeur : Frédéric Eléanor Godfroy.
Dans la famille Godfroy il y a au moins 8 facteurs connus et en plus la marque que porte cette flûte n'est pas courante.
Marque de la flûte.

Arrêtons ce suspense "torride" : Il s'agit de Frédéric Eléanor Godfroy né le 6 janvier 1805 à Paris, fils aîné de Clair II Godfroy (1774-1841) qu'il avait eu avec sa première femme Madeleine Letellier (1781-1808).
Pour mieux comprendre voici la généalogie de la famille Godfroy (ou Godefroy).

Désolé je n'arrive pas à faire en sorte que cette feuille s'affiche en plus grand. Si vous voulez la lire envoyez moi un mail à mon adresse : René PIERRE et je me vous l'enverrai.

Il a sans doute appris la facture d'instruments à vent avec son père avant de s'installer à son compte, vers 1827 au 133 rue Montmartre. Spécialiste de la flûte, il fabriquait aussi d'autres instruments (clarinettes, flageolets, fifres...) ; sa marque "F.E en écriture cursive/ Godfroy aîné dans un ovale de pointillés (ou sans ovale) /étoile à 5 branches coupées ou non".
Première marque de Frédéric Eléanor Godfroy de 1827 à 1831.
Marque identique mais sans cercle de pointillés et avec
une étoile à 5 branches avec pointes non coupées.
En observant les nombreux instruments de ce facteur, conservés au musée de La Couture-Boussey, il semble que la marque, sans pointillés et avec l'étoile à cinq branches non coupées, beaucoup plus rare soit en fait la première marque vers 1827. La seconde beaucoup plus fréquente correspond sans doute à une période beaucoup plus active et plus longue. 
On peut se poser la question sur l'origine des instruments de ce facteur. Il n'est pas question de remettre en cause sa qualité de fabricant, en revanche les nombreux instruments que possède le musée de la Couture-Boussey provenant de la Couture, notamment  des fifres, des clarinettes, des flûtes simples en buis nous font dire que F.E. Godfroy se fournissait en instruments courant dans les ateliers couturiotes. D'ailleurs nous pouvons confirmer cette hypothèse grace à deux flûtes de la collection Thicam dont les clés en argent portent des poinçons classiques des ateliers de la Couture.
Flûte à 5 clés en argent avec poinçon
papillon V et poinion de J.C. Carpentier.
(Collection Thicam GO1)
Les poinçons d'argent ne constituent pas une preuve absolue (on m'opposera classiquement qu'il pouvait se fournir en clés à La Couture), mais l'ensemble de ces points (caractéristiques, provenances des instruments du musée, poinçons d'argent) renforcent cette hypothèse. D'ailleurs ce phénomène est courant même pour des facteurs plus importants et même d'autres membres de la famille Godfroy dont les clés d'instruments portent alternativement des poinçons parisiens ou des poinçons de La Couture. Mais nous aurons l'occasion de revenir sur ce sujet dans notre "dictionnaire des poinçons d'argent trouvés sur les instruments de musique". (A paraître)

A partir de 1831 il remplace "Ainé" par "Fils" avec l'étoile à 5 pointes coupées.
Troisiéme marque à partir de 1831 à 1834-35.
Il participe en 1834 à l'exposition de Paris, pour la seule et unique fois ; le jury ne fera aucun commentaire sur les instruments présentés. Cette même année il déposera le 30 avril une demande de brevet de cinq ans, qu'il obtiendra le 22 août pour son système de ressort circulaire.
Texte du Brevet de 1834. (Source INPI)
Signature de F. E. Godfroy en 1834.

Une autre flûte munie de ce système est signalée dans l'ouvrage de T. Giannini : instruments à 9 clés en argent (j'aimerais voir les poinçons) en palissandre, bagues larges en argent portant le numéro 199 dans une boîte datée du 1er août 1835. Si vous en êtes l'heureux propriétaire manifestez-vous.
Flûte 9 clès.
Col. Privée
Il est difficile de voir sur ce scan les clés munies de ressorts circulaires. Donc à partir de 1834, il change sa marque pour y ajouter breveté et remplace ses initiales par un caducée.
Patte de la flûte collection
Thicam.
Son activité se ralentira progressivement jusqu'à son mariage le 26 septembre 1844, avec la soeur de son beau-frère, Elisabeth Joséphine Jeanne Mojana née à Amsterdam en 1781.
Tula Giannini dans son livre consacré aux familles Godfroy et Lot, se pose la question : "Pourquoi s'arrêta-t-il à 39 ans, pour devenir rentier en épousant une femme née la même année que sa mère ?"Je vous laisse répondre à cette question.
Votre avis : SVP ?
Le musée de la musique de la Couture-Boussey attribue cette marque à Frédéric Eléanor Godfroy. Qu'en pensez-vous?

Marque d'une clarinette du musée de La Couture-Boussey.

mercredi 13 septembre 2017

"La famille Kretzschmann de Strasbourg facteurs d'instruments de musique, à vent en cuivre". "The Kretzschmann family from Strasbourg, brass wind music instruments makers".

Karl Gottlob KRETZSCHMANN est né en Allemagne, à Markneukirchen (Saxe) le 19 avril 1777. Il était le fils du facteur Johann Gottfried KRETZSCHMANN de Markneukirchen et d’Eva Rosina GOETZ et appartenait à la célèbre famille du « Vogtland » qui a donné de nombreux facteurs d’instruments de musique. Il est arrivé vers 1809 à Strasbourg, sans doute accompagné d’un neveu, Charles Gottlob KRETZSCHMANN, facteur d’instruments, né à Neukirchen, décédé à 25 ans le14 juin 1813 à Strasbourg. Le père de ce neveu, Adam KRETZSCHMANN, était aussi facteur en Saxe.
Marque de Charles Kretzschmann.
Karl (Charles) Gottlob, qui avait francisé son prénom, épousa vers 1810 Suzanne ANNECKER (1790-1855), fille d’un boucher installé à Wasselonne en Alsace. Ils eurent quatre enfants dont les deux premiers  décédèrent en bas âge : Charles Gottlob (1812-1814) et Caroline (1813-1817).
Signature de Charles Kretzschmann père.
Le second  fils, Charles Auguste KRETZSCHMANN, né à Strasbourg le 16 octobre 1818 prendra la succession de la Maison en 1842 à la mort de son père. Quant à Frédérique Wilhelmine (Guillemette) KRETZSCHMANN, née le 23 décembre 1821 à Strasbourg, célibataire,  elle décédera le 12 septembre 1860 à Scharrachbergheim dans le Bas Rhin. Dès son arrivée à Strasbourg en 1809, Charles Kretzschmann père se déclara fabricant d’instruments à vent et s’établira au N° 5 de la rue Saint Hélène, adresse des Kretzschmann père et fils pendant toute leur activité. La fabrication de l’atelier comportait tous les instruments à vent en cuivre : cornets, trompettes, cors, trombones, ophicléides et utilisait exclusivement le système allemand de barillets rotatifs.
Pavillon d'un cor naturel de Charles KRETZSCHMANN père.
(Collection R. Charbit)
Même si la production de Charles Kretzschmann fût très influencée par la facture allemande, elle restera par sa diversité et sa créativité d’esprit français : les trompettes à clés, circulaires, demi-lune, les buccins, ophicléides  montrent que ce facteur de province était au niveau des meilleurs facteurs parisiens. A l’exception peut-être d’un ou deux facteurs lyonnais, aucun facteur de cuivres de province, ne produisait une telle variété d’instruments en ce début du XIXe siècle.
Petit cor de poste (Vente de Vichy juin 2006) 
 Grand bugle à 7 clés en Fa en forme de demi lune de Charles KRETZSCHMANN
à Strasbourg. (Collection Richard Charbit)
 

Trompette demi-lune (collection B. Kampmann)
Jean FINCK (1807-1858), autre facteur de cuivre installé à Strasbourg, a sans doute été formé dans l’atelier Kretzschmann, puisque il ne quitta pas Strasbourg et se déclarera tourneur de 1807 à 1817, puis seulement à partir de cette date, fabricant d’instruments à vent. Seul Kretzschmann avait la compétence à Strasbourg pour former un élève. La collaboration entre les différents facteurs strasbourgeois ne s’arrêtera pas là, comme le montrent ces deux cors naturels marqués « Bühner et Keller » et « Dobner », visiblement fabriqués par Kretzschmann.
Cor naturel de Bühner et Keller fait par Charles Kretzschmann (collection RP)

Cor naturel marqué Dobner à Strasbourg sans doute fabriqué
 par Kretzschmann (Collection Richard PICK)
A la mort de Charles Gottlob KRETZSCHMANN, le 18 février 1842 à Strasbourg, son fils unique Charles Auguste KRETZSCHMANN, âgé de 23 ans prit logiquement la suite de son père. Il devait avoir été formé très tôt dans l’affaire, puisque que dès 1844 il participa à l’Exposition de Paris, où il présenta des bugles à Cylindres, un bugle basse et un bombardon.
Signature de Charles Auguste Kretzschmann (1818-1888)

Cornet à pistons en ut/mi b (N° 625 de la collection Bruno KAMPMANN)
Il obtiendra le 1 mai 1850 un brevet de 15 ans N° 9850  « Améliorations et changements apportés au mécanisme des cylindres rodiques qui sont applicables à tous les instruments de musique tels que cornets, clairons etc…. » En fait C.A Kretzschmann était un partisan « du système à cylindres rodiques » auquel il trouvait de multiples avantages, dont celui de laisser passer l’air d’une façon plus naturelle et sans obstruction ; en revanche il voulait améliorer son inconvénient majeur, la fragilité et avait conçu un « couvercle manivelle»  qui fonctionnait sans friction. Selon Bruno KAMPMANN « ….l’idée est très proche de la walzenmaschine brevetée par CERVENY postérieurement en 1873. La particularité unique est que les ressorts de rappel sont inclus dans les barillets, et non situés dans un rotor extérieur ». Si vous voulez en savoir plus (et si vous parlez allemand) ce système est détaillé à la page  35 de l’ouvrage de Günter DULLAT « Metallblasinstrumentenbau ».
Trompette en sol à trois barillets et ton de sol, 
appliquant ce brevet, en particulier le couvercle manivelle
(N° 528 de la collection Bruno KAMPMANN)
Il récidivera en 1856 et obtiendra le 23 juin un brevet de 15 ans (N° 28038) pour la fabrication d’un « système de pistons à mouvement horizontal avec pression verticale, applicable à tous les instruments de musique en cuivre ».


















« Clairon chromatique baryton en si utilisant ce nouveau brevet » (Musée de la Musique à Paris) et schéma expliquant ce nouveau système  à pression verticale et mouvement horizontal. Günter DULLAT « Metallblasinstrumentenbau ».

A cette date, il faisait partie de la coalition des facteurs d’instruments qui luttera contre l’hégémonie du grand Adolphe SAX. Nous n’allons pas « répéter » ces procès fastidieux entre la coalition et le « pauvre Adolphe Sax martyr de tous ces cupides facteurs d’instruments », discours convenus et entretenus par des écrivains bien connus, comme Oscar Comettant et le Comte Ad de Pontécoulant, discours repris en cœur dans tous les documents publiés sur Sax, même actuellement ; ouvrages dans lesquels KRETSCHMANN est cité très rarement, sinon pour souligner « sa cupidité » et son « incompétence ».  Pourtant il existe un nombre impressionnant d’ouvrages reprenant l’ensemble des procès opposant Kretzschmann à Sax, disponibles à la Bibliothèque Nationale de France, montrant que le combat fût long, âpre et que l’issue ne fût pas si favorable pour Sax, puisque en appel, Kretzschmann fut condamné non pas pour contrefaçon, mais pour…recel de 4 instruments produits par Kretzschmann comme preuve d’antériorité au brevet Sax de 1845 et pour les avoir introduit en France. 
Le Grand Adolphe Sax.
Les procès entre A. Sax et C.A. Kretzschmann : procès longs et pas particulièrement flatteurs pour le "Grand Sax".


Reprenons les éléments essentiels de ces procès. Ch. A. KRETZSCHMANN fut d’abord cité comme témoin dans le procès qui opposa GAUTROT à SAX, mais son témoignage ne fût pas retenu. Aussi, lorsqu’il fut cité comme témoin dans le procès  qui opposa BESSON à SAX, il produisit trois instruments, fabriqués par son père (3 ophicléides altos à 3 pistons parallèles vendus en 1839 et 1841 dont les propriétaires étaient suisses, et vosgiens) et un quatrième, vendu par Kretzschmann fils en 1843 (ophicléide alto à trois pistons), fabriqué avant le brevet Sax du 13 octobre 1845, qui revendiquait l’invention :
« Des instruments ayant le pavillon en l’air et les pistons parallèles au tube de l’instrument ». 
Sax fait saisir ces quatre instruments, ainsi que les documents prouvant la vente à la date indiquée, pour contrefaçons. Comme il était difficile de contredire les dates, en particulier celles qui concernaient les instruments de Kretzschmann père décédé en 1842, le tribunal décida que les instruments auraient été modifiés après 1845 mais par qui ? Le tribunal n’osa accuser ni Besson, ni Kretzschmann, puisque les instruments étaient arrivés au tribunal dans des conditions particulières. Nous voudrions décrire avec quels soins les propriétaires avaient fait parvenir au tribunal les instruments, propriétaires qui c’étaient même déplacés durant les procès pour témoigner en faveur de Kretzschmann.
Prenons le cas de «  l’ophicléide alto à trois pistons parallèles, fabriqué par feu Mr KRETZSCHMANN père et vendu par lui le 19 octobre 1841 à Mr Louis Hoffmann-Vulliemoz à Lausanne, canton de Vaud (Suisse). Cet instrument a été produit en justice par son propriétaire actuel, Mr François Blanc, huissier à Lausanne, à l’appui de sa déposition du 30 juillet 1858. Pour établir l’origine et la date exacte de cet instrument, Mr KRETZSCHMANN fils avait produit :
·         Les livres de commerce de feu son père.
·         Les lettres relatives à cet instrument de Mr Louis Hoffmann-Vulliemoz.
·         Une déclaration notariée du 26 mai 1858 de MM Louis Hoffmann-Vulliemoz, François Blanc propriétaire de l’instrument, David Thuillard, Philippe Pflüger, Frédéric Allamand, Jacques Lauffen, Jacques Hoffman, Henri Blanc.
Les signataires de cet acte ont déclaré « qu’étant tous membres du corps de musique militaire de Lausanne, dirigé par le lieutenant Hoffman, ils ont vu cet instrument dans leur musique dès l’année 1841. Cet instrument alors nouveau pour eux, fut de leur part l’objet d’un examen particulier et leur a laissé un souvenir parfaitement distinct, notamment par la position des pistons placés tous trois ensemble dans la même direction parallèle au tube du pavillon ». Ledit instrument reconnu cacheté par un notaire ». (5)
Le même traitement étant fait pour les trois autres instruments, il faut croire que Mrs Kretzschmann et Besson bénéficiaient d’un solide réseau de « complices », puisque le 19 juin 1862 ils étaient accusés « non pas d’avoir contrefait les quatre instruments, mais de les avoir introduits en France et recélés, sachant qu’ils étaient contrefaits ». (5)
On comprend mieux, pourquoi Constant PIERRE fut aussi sévère avec A. SAX  dans son ouvrage « Les facteurs d’instruments de musique ».
« A. SAX déposa de nouveau son bilan en 1873, après une période particulièrement brillante, pendant laquelle il avait certainement vendu beaucoup d’instruments, reçu plus de 500 000 frs d’indemnité du procès Gautrot, encaissé nombre de primes des facteurs qui avaient sa licence pour faire des instruments imposés sous son nom dans l’armée. Comment donc s’il n’y eut des dépenses excessives, des remises exagérées, des frais de publicité énormes, des panégyristes largement rémunérés, s’expliquer un tel désastre. Avec le nouveau régime, Ad. SAX ne retrouva pas l’appui que lui avaient prêté les fonctionnaires de l’Empire, la lutte redevint égale et toute pression officielle cessant, les facteurs purent écouler les instruments de leurs systèmes, sans être contraints comme auparavant, de se borner à la confection des types réglementaires imposés et dénommés à l’instigation d’Ad. SAX ». (7)
Quant à Ch. A. KRETZSCHMANN, il se retira des affaires vers 1860 : « Mr KRETZSCHMANN s’est retiré des affaires ; mis en possession par son père d’une fortune relativement considérable, augmentée encore par sa propre industrie et suffisante aux besoins de son existence ». (5)

On remarque également que son brevet de 1856 : « nouveau système à pression verticale et mouvement horizontal » avait pour but de répondre au brevet SAX de 1845, même s’il ne rencontra pas un franc succès.
Il se retira à Scharrachbergheim, petite commune du Bas Rhin de 1000 habitants, située à 21 kms de Strasbourg. C’est là qu’il décédera le 12 octobre 1888 à l’âge de 70 ans, sans descendance. (*)
C’est Achille (François Pascal) GALLICE qui prendra la succession de la Maison KRETZSCHMANN dans les années 1860. Achille GALLICE était né à Briançon le 5 décembre 1832, il était le fils de Pascal GALLICE ébéniste à Lyon. Avant son installation rue des Frères, il devait travailler pour Jean Chrétien ROTH (Successeur de Dobner et de la Maison Bühner et Keller), puisque lors de son mariage le 19 juillet 1856 à Strasbourg avec Pauline SCHATZ, fille d’un brossier de Strasbourg, « J.C. ROTH, 40 ans facteur d’instruments et Jacques ROTH, 33 ans amis de la famille » en furent les témoins.

Achille GALLICE exerça son métier de « facteur d’instruments en bois et en cuivre » de 1867 à 1886 à la même adresse, 14 rue des Frères qui deviendra en 1880 la « Brüderhofgasse ».

Bibliographie :

(1) : Comte Ad de Pontécoulant : Organographie. Essai sur la facture instrumentale. Art, Industrie et commerce. Paris 1861.
(2) : Oscar Comettant : Histoire d’un inventeur au XIX° siècle. Adolphe Sax, ses ouvrages et ses luttes. Paris 1860.
(3) : Malou Haine : Adolphe Sax (1814-1894) Bruxelles.
(4) : Jean Pierre Rorive : Adolphe Sax (1814-1894), Inventeur de génie. Edition Racine.
(5) : Cour de Cassation. Mémoire ampliatif pour Mr Ch. A. Kretzschmann contre M. A. Sax. 1863 chez
Silbermann.
(6) : Cour de Cassation, chambre criminelle : Besson, Kretzschmann contre Sax : BNF 4 FM 16527.
(7) : Constant Pierre. Les facteurs d’instruments de musique. Paris 1893.
·         Larigot : Catalogues de la collection de Bruno Kampmann.
·         Site de Richard Charbit : http://www.orpheemusic.com.
·         Anthony Baines: Brass Instruments. Their History and Development.
·         Waterhouse William: “The New Langwill Index. A dictionary of Musical Wind Instrument Makers and Inventors”.
·         Archives départementales du Bas Rhin à Strasbourg. Etat civil, recensements, annuaires, almanachs.
·         Günter DULLAT « Metallblasinstrumentenbau ».
·         Enrico WELLER « Der Blasintrumentenbau in Vogtland von den Anfängen bis zum Beginn des 20
Jahrhunderts ».
·         Site de Richard Pick : http://www.pick-et-boch.com/

·         Brevets : Archives de l’INPI : 26 bis rue de Saint Petersbourg, Paris 75008.