samedi 18 juin 2016

Comparaison de deux clarinettes autrichiennes en Fa.

Interview de José Daniel Touroude par R.P.

Q : Lors de ton article sur les petites clarinettes dans ce blog, tu avais peu parlé de tes  clarinettes en Fa. Denis Watel avait amené chez toi sa superbe clarinette en Fa de Baumann, (qu’il te vendra bien un jour !). Elles sont peu courantes et ont vite disparues. Pourquoi ? (Articles sur les petites clarinettes.)

JDT : Pour la première fois l’existence de la clarinette en Fa apparaît dans le royal bavarian infantery guards en 1830. Berlioz parle aussi de la clarinette en Fa dans son traité  pour la musique militaire. La petite clarinette en Fa dite piccolo (selon Lavignac) est spécialisée pour les traits aigus, elle est plus courte que la clarinette Mib et a eu son heure de gloire dans les musiques militaires quand les clarinettes sopranos étaient en Ut au 19ème siècle. De grands compositeurs l’utilisèrent pour son aigu ou pour sa tonalité pratique dans certains cas notamment Beethoven, Mendelssohn, Strauss…La petite clarinette en Fa était associée également à d’autres instruments graves en Fa (cors en Fa surtout, cors de basset alto en Fa, musette en Fa, tuba en Fa). Quand la tonalité ou les traits de la partition étaient difficiles, le clarinettiste au lieu d’utiliser la petite clarinette en Mib prenait ponctuellement d’autres petites clarinettes en Ré, ou en Fa. Quand la clarinette soprano passa de Ut à Sib, la petite clarinette passa de Fa à Mib pour maintenir la quarte. C’est pourquoi la petite clarinette en Fa fut remplacée par celle en Mib au milieu du XIXème siècle et vite abandonnée, devenant rare et donc recherchée par les collectionneurs.
Clarinette en Fa de Baumann.
(Collection D. Watel)
Q : Dans ta collection, nous avons deux clarinettes autrichiennes en Fa de la même région, de la même époque et pourtant elles sont différentes :

En effet l’une est en ébène à 13 clés, l’autre en buis signée Eberl en buis à 14 clés. Elles sont toutes les deux basées sur le système Mûller simple qui permet de faire enfin toutes les notes de la gamme chromatique et des traits difficiles sans doigtés approximatifs et compliqués. Leur utilisation était différente : celle en ébène utilisée dans une harmonie en plein air (kiosque, défilés…) de type militaire est robuste, le bois ébène épais, assez lourde (plus du double 385 g contre 180 g pour l’Eberl) , les clés sont épaisses et solides, le repose pouce important, longueur et perce un peu plus importante, état prouvant qu’elle a vécue….l’autre est absolument l’inverse en buis, fragile, aux clés très fines, peu utilisée vient d’un orchestre symphonique ou opéra (pour quelques traits). Il faut dire que dans l’empire autrichien à cette époque la musique est présente partout (Schemmel facteurs de clarinettes à Vienne.
A gauche clarinette en Fa et 14 clés en buis d'Eberl et
à droite clarinette en ébéne en Fa 13 clés.
(Collection J.D Touroude)
Q : Apparemment elles viennent de Carlsbad ou de sa région ? c’est une petite ville ?
Carlsbad a gardé même aujourd’hui son charme désuet, et se nomme actuellement Karlovy Vary en Tchèquie. Elle était à cette époque une ville d’eau chaude célèbre dans l’empire autrichien et comme toutes les villes de cures, où il n’y a pas grand chose à faire, la musique était omniprésente. D’ailleurs à cette époque de nombreuses personnalités notamment des musiciens prestigieux comme Brahms, Chopin, Dvorak, Grieg, Liszt, Wagner… contemporains de cette clarinette ont fait des séjours dans cette ville. L’une a été fabriquée à Carlsbad, l’autre y a joué peut être et provient de la même région de Bohème (sans doute de Graslitz en Tchéquie actuellement)
Vues de Carlsbad au XIX ième siècle.
Q : Et qui dit musique dit musiciens et donc facteurs et réparateurs…
Tu as raison, vu le nombre de concerts quotidiens, il fallait des facteurs et réparateurs à Carsbad et quelques artisans réputés comme Strobach et Jäger sont connus des collectionneurs. Eberl actif à Carlsbad est lié forcément à ces facteurs précédents mais je ne connais pas les liens d’Eberl avec eux (apprentissage, compagnonnage, concurrence, sous traitance…).

Cor de Basset de Strobach à Carlsbad. (Musée d'Edimbourg)
Q : Eberl me dit quelque chose ? 
Oui au début j’ai eu la même impression en l’achetant mais c’est un homonyme célèbre ou peut être un membre de la même famille ? (si certains ont la réponse ….) Anton Eberl était un pianiste et compositeur autrichien de Vienne très connu, ami de Mozart et de Haydn, rival de Beethoven et qui a composé plusieurs œuvres de musique de chambre avec clarinette ! et qui a été à Carlsbad ! lui aussi. C’est celui qui est connu en histoire de la musique. Mais qui est W. Eberl ? pratiquement pas référencé dans les musées et livres spécialisés et pourtant son travail est magnifique ! encore un génie méconnu….Sa rareté est donc réelle car il existe sans doute très peu de clarinettes de W. Eberl de Carlsbad dans les collections publiques ou privées et sans doute la seule en Fa. L’estampille est un aigle à 2 têtes des Habsbourg, surmonté d’une couronne , W.Eberl Carlsbad, F (fa) et une fleur à 6 pétales. 
Marque d'Eberl  à Carlsbad.
Q : C’est vrai qu’elle est magnifique et éclipse beaucoup de petites clarinettes qui sont à côté ! Mais l’autre en ébène, est aussi typiquement autrichienne de la moitié du XIXème siècle non ? on reconnaît les grands facteurs de Vienne du milieu du XIXème siècle : Uhlmann, Schemmel, Koch, Stehle …Quelles sont les caractéristiques de la facture autrichienne au milieu XIXème siècle ?

Oui . La facture autrichienne est reconnaissable de suite :

·     ° Aux pavillons évasés. 
 3 pavillons de clarinettes autrichiennes comparés à un pavillon de clarinette
française. (de gauche à droite : Schemmel (A), Baumann (F), Eberl (A), Schemmel (A)
°   Forme des clés très travaillées avec pont et cercle. 
 
Détails des clés de clarinettes en Fa (Eberl, anonyme)
°     Des gorges en  métal pour les clés.
Longues clés de deux clarinettes viennoises.
°     Des blocs en bois dans la masse demandant une adresse certaine des tourneurs. (Comme pour les hautbois ; on retrouve en Allemagne et en Angleterre ces blocs taillés)
Clés montées sur des blocs; 
·         ° Clés tordues, vrillées assez typiques. 
Comparaison des grandes clés d'une clarinette viennoise (G) et une
clarinette française (D).
° Des repose pouce taillés dans la masse.
Repose pouce taillés dans la masse.
° Trous surélevés petit doigt droit.

Trous surélevés petit doigt droit.
Evidemment on retrouve des caractéristiques classiques germaniques : Les clés sont en laiton rondes en pelles à sel et sont articulées par des tiges en laiton  perçant des blocs en bois. (à l’époque la facture française était très différente et utilisait les patin, avec boules et charnières et des vis en acier) mais toutes les clés à l’est du Rhin sont comme cela. Les ressorts sont en laiton rivetés sur les clés, les tampons en feutre et cuir mais là ce n’est pas spécifique à la facture autrichienne. Le diapason : très différent selon les villes et les orchestres (cf article diapason Cliquer sur ce lien pour voir l'article.). Ce qui  est sûr c’est qu’elles sonnent encore très bien  ….










dimanche 22 mai 2016

Pierre GOUMAS (1827-1889) artisan du développement de la Maison BUFFET CRAMPON.

Notre ami Maurice VALLET, expert dans l'histoire de la Maison Buffet-Crampon, nous a fait le plaisir de nous confier une copie d'un article du journal "Le Travail" du 4 avril 1886, consacré à la carrière de Jean Pierre Gabriel GOUMAS. Nous allons essayé à travers cet article de reconstituer la vie de cet acteur déterminant dans le développement de cette grande maison.

Cliquer sur ce lien pour lire l'article.

Source "Le Travail"
"Jean Pierre Gabriel GOUMAS est né le 2 janvier 1827, au Mesnil-sur-l'Estrée (Eure). Il fut envoyé à l'école mutuelle de Dreux, la ville voisine, jusqu'à l'âge de 12 ans et demi. A cette époque, il revint apprendre le métier de charpentier chez son père, dans les ateliers duquel il fut contremaître".
La grand rue de Mesnil sur l'Estrée.
"Il quitta celui-ci pour entrer comme contremaître de charpente mécanique dans les fabriques de MM. Firmin Didot frères, à Sorel-Moussel (Eure et Loir). Il y resta depuis dix-neuf jusqu'à vingt-trois ans (1846-1851)".
Usine et papeterie de Firmin Didot à Sorel.
Le village de Sorel-Moussel a connu une intense activité industrielle avec les papeteries Firmin-Didot. Témoin de ce passé, un magnifique bâtiment de brique domine toujours la vallée de l’Eure. Issus d’une dynastie parisienne d’imprimeurs, Ambroise Firmin-Didot et son frère Hyacinthe implantent à Sorel-Moussel la papeterie familiale, créée par leur père Firmin dès 1811. Cette société avait racheté le Bottin.
"Pierre GOUMAS s'était marié avec Louise Clémentine LARUE (1830-1880) le 19 novembre 1848 à Sorel Moussel et ses appointements mensuels s'élevaient à la somme de 70 francs. Ce fut alors qu'un oncle de sa femme, fabricant d'instruments de musique à vent et à clefs eut l'idée de l'appeler auprès de lui pour voir s'il pourrait en faire un ouvrier capable de gagner un salaire qui lui permit d'élever plus facilement sa famille".

Pour voir la Généalogie de Pierre GOUMAS, cliquez sur le tableau ci-dessus.

En fait Marie Françoise BUFFET (1809-1832), mère de Louise Clémentine LARUE épouse GOUMAS, était la soeur de Jean Louis BUFFET CRAMPON (1813-1865) propriétaire de la maison du même nom.
"Ici se place une anecdote qui démontre que M. Buffet n'avait pas trop préjugé de l'adresse du jeune charpentier. Aussitôt que celui-ci fut arrivé, son oncle lui mit dans les mains une clarinette avec mission de l'incruster, en lui enseignant la manière de procéder, puis pour ne pas influencer son nouvel apprenti, il le laissa seul. Le travail n'avançait peut être pas vite, mais il était fait de telle façon , qu'à son retour, M. Buffet, prétendant qu'un ouvrier avait dû venir, blâma fortement son neveu de lui avoir laissé faire l'ouvrage et ne voulut ajouter aucune foi aux nombreuses dénégations du jeune homme. Il n'y avait qu'un moyen d'en sortir, ce fut celui qui fut adopté : le travail fut recommencé et exécuté sous les yeux du maître et avec la même perfection. L'épreuve était concluante et l'avenir de M. GOUMAS assuré. A partir de ce moment sa marche fut rapide : simple ouvrier luthier jusqu'en décembre 1853, puis contremaître dans les ateliers de Paris, il devint, en 1855, l'associé de la maison Buffet-Crampon et Cie".
Rappel historique de la Maison BUFFET-CRAMPON :
Le fondateur Denis BUFFET-AUGER est issu d’une des familles de facteurs d’instruments à vent qui se sont rassemblés depuis un siècle à la Couture-Boussey. Son fils Jean Louis BUFFET en se mariant avec Zoé CRAMPON, va accoler les deux patronymes afin de se distinguer de son oncle, le facteur et innovateur Louis Auguste BUFFET.
Premier apparition de la marque Buffet-Crampon dans le Bottin de 1842.
Première marque de Buffet- Crampon.
En 1850 Jean Louis BUFFET (Crampon) (1813-1865) s'associe avec son frère Louis BUFFET (1823-1884) et Ferdinand TOURNIER. Ils ouvrent la même année un atelier à Mantes la Ville. En 1855 à la suite du départ de Louis BUFFET, Pierre GOUMAS le remplace dans l'association.
" Il n'avait alors pour toute fortune que ses bras, sa conduite et son intelligence. C'est à partir de ce moment que la fabrication, qui occupait une quinzaine d'ouvriers environ, commença à subir  une série de transformations et d'améliorations qui devaient faire de la marque Buffet Crampon et Cie une marque sans rival au monde".  Jean Louis BUFFET (Crampon) ayant pris sa retraite la société prend le nom de TOURNIER-GOUMAS.
Marque Tournier-Goumas.

Bottin de 1857.
                            
Marque Tournier-Goumas.

Bottin de 1859
Ils ont même un poinçon d'argent, insculpé le 7 mars 1856.
En 1859 Ferdinand TOURNIER quitte l'association pour s'installer seul ; en 1881 il employait 6 ouvriers. Une association est créée entre GOUMAS et un nouveau venu, clarinettiste et ancien élève de KLOSE (1808-1880), Adolphe Marthe LEROY. Cette association prend le nom de Buffet Crampon et Cie.
Jean Louis BUFFET (Crampon) décède le 17 avril 1865 à Mantes la Ville et Leroy quitte la société pour succéder à Klosé au conservatoire de Paris, Goumas prend seul les commandes.
"M. GOUMAS ne tarda pas à créer à Mantes, une fabrique où il installa une machine à vapeur en 1866, et où il joignit à la fabrication des instruments de bois celle des saxophones. Ce fut lui qui, le premier, employa la vapeur dans la fabrication des instruments à vents et à clefs. Il ne s'arrêta pas là ; ses soins de chaque jour tendaient à l'amélioration de l'outillage entier. Entre autres, il modifia la machine à diviser pour la rendre applicable à sa fabrication". En 1871 il s'associe avec ses deux gendres, Léon LEGUAY époux d'Eugénie GOUMAS et Léon CRAMPON époux de Clémence GOUMAS. (Voir la généalogie Goumas au-dessus) L'entreprise prend le nom de " P. GOUMAS et Cie", mais les instruments porteront toujours la marque classique Buffet Crampon.

Bottin de 1879.

"La clarinette gagna beaucoup dans les mains de ce facteur qui perfectionna la clarinette de Boehm  dans tous les tons. Il ajouta deux clés aux saxophones ce qui permet aujourd'hui aux compositeurs d'écrire sans restriction pour toute cette famille d'instruments. Depuis cinq ans, il a également perfectionné, au delà de toute espérance, les bassons à 22 clés et deux anneaux d'un système à tringle. Enfin, dernièrement , il a mis au jour un contre-basson qui lui était réclamé par les chefs d'orchestre les plus éminents. Ce qu'il a fait pour ces instruments, il l'a fait pour les autres, tels que clarinette-basse, cor-anglais, hautbois, musette, flûte et flageolet de tous systèmes".
Musicien jouant du contre-basson.
"Quoi d'étonnant maintenant que cette maison hors ligne soit arrivée aujourd'hui à occuper plus de 80 ouvriers et à fournir , grâce à son remarquable outillage, le travail de plus de 150 ouvriers de l'époque où M. Goumas prit la direction de la fabrication. C'est dans cet état de prospérité que, désirant jouir d'un repos bien gagné, M. Goumas vient de quitter son établissement"...."L'affabilité que M. Goumas apportait dans ses rapports avec ses ouvriers étant un caractère distinctif de sa nature, lui a bientôt valu à Mantes, qu'il habite depuis 1875, la sympathie de tous ses concitoyens. Aussi était-il élu, en 1882, second conseiller municipal sans distinction de parti. Son mandat lui était renouvelé, avec le même élan, en 1884".
Médaille offerte par ses ouvriers en 1886.
"Il fut bientôt nommé par ses collègues, voulant ainsi lui montrer combien ils savaient l'apprécier, membre du conseil de direction de la Caisse d'épargne. Enfin, depuis 1883, il est président de la société de secours mutuels de Mantes, Mantes-la-Ville et Limay. 

Signature de Pierre GOUMAS.

Il a été nommé le 29 décembre 1885, chevalier de la légion d'honneur. Cette même année il prend sa retraite et est remplacé par Paul EVETTE et Ernest SHAEFFER qui rachètent l'entreprise.

Pierre GOUMAS est décédé le mercredi 9 octobre 1889 à l'âge de 62 ans à Mantes la Ville.


dimanche 1 mai 2016

Les poinçons d'argent français des instruments de musique.

Les articles concernant les poinçons d'argent français des instruments de musique sont très peu nombreux voir quasi inexistants. Le seul que nous connaissons est celui de Guy LAURENT, célèbre commissaire priseur de Vichy, publié dans le LARIGOT N°7 de mars 1990. Pourtant ces poinçons même s'ils sont peu fréquents  et surtout rencontrés sur les clés de flûtes, sont d'un grand intérêt. Nous venons d'en faire l'expérience lors de notre travail sur les flûtes de NONON et TULOU ; ces poinçons nous ont permis de mieux dater les instruments portant la marque TULOU au célèbre rossignol, marque utilisée de 1831 au environ de 1930, c'est à dire pendant plus d'un siècle.
Marque d'une flûte de Tulou.
Pour en savoir plus sur TULOU et NONON cliquez sur ce lien : Article TULOU-NONON
D'ailleurs depuis la publication de cet article nous avons progressé dans nos découvertes, et nous allons publié dans un prochain Larigot un article beaucoup plus complet.
Rare sont les descriptions d'instruments dans les musées, les collections, les ventes spécialisées qui précisent ces poinçons. Il est vrai qu'ils sont parfois difficile à lire, à photographier car bien souvent cachés par la saleté des ans, ou écrasés lors de leur application. Néanmoins aujourd'hui avec les progrès de la photographie et une certaine habitude il est tout à fait possible de les décrire.
A la suite de cette expérience nous avons décidé avec Guy LAURENT de réaliser un document qui aura pour but de recenser les poinçons d'argent rencontrés sur les instruments de musique. Pour cela nous avons besoin de votre aide. Comment pouvez vous nous aider ? Tout simplement en nous envoyant les photos des poinçons d'argent que vous avez trouvé sur vos instruments. D'avance nous vous remercions de votre aide.

Guy LAURENT nous a autorisé à reproduire son article de mars 1990.

"L'argent depuis toujours est considéré comme un métal précieux, noble. Bien qu'il soit relativement répandu sur la surface du globe, il a toujours été le signe de richesse et puissance à l'instar de l'or. Louis XIV possédait un mobilier avec des consoles, des pots à orangers en argent massif ; le but était décoratif mais il cherchait aussi à montrer sa puissance, sa magnificence auprès de toutes les cours européennes.
Page de couverture du catalogue de l'exposition de Versailles de 2007.
Dans le domaine qui nous intéresse on connaît en fait que peu d'instruments de musique à vent en argent massif ; des cors, des flûtes ont été fabriquées en argent massif mais cela reste l'exception. Ce que l'on rencontre plus fréquemment ce sont des parties d'instruments qui sont en argent, soit des clés, soit des têtes de flûtes, soit des bagues, soit des pavillons.

Flûte de Louis Lot en argent massif. (David Shorey)
Toutefois, l'argent trop malléable ne peut être employé complètement pur. Sa dureté de 2,7 dans l'échelle de Mohr peut être augmentée par l'adjonction de métal accessoire, le cuivre pour la plupart du temps. Dès lors le problème est de  savoir quand est-on en présence d'argent ou de métal argenté ou d'alliage. Dans pratiquement tous les pays, la limite de 800/1000 a été adopté pour faire admettre l'appellation argent massif.
Dans certain pays comme la France, il a été fait une distinction plus fine, c'est à dire que l'on reconnaît deux titres d'argent. Le premier titre avec 950/1000 d'argent et le deuxième titre avec 800/1000 d'argent.

Pour garantir ce titre on insculpe un poinçon rendu obligatoire par le législateur.

Poinçons de titre d'argent au "premier coq" utilisés en France de 1798 à 1809
et au "second coq" utilisés de 1809 à 1819.
Poinçons de titre d'argent "au vieillard" utilisés de 1819 à 1838.
Poinçons à la minerve utilisés de 1838 à nos jours.
L'origine du poinçon de garantie remonte à une ordonnance royale de 1275, mais dans notre espèce le poinçonnage avant le XVIII ème n'a pas d'intérêt puisqu'il n'existe pratiquement pas d'instruments à vent en argent. Au XVIII ème siècle existe en France un système de poinçonnage extrêmement précis composé de 4 poinçons qui permettent de dater à 1 an près la pièce concernée, toutefois ce sont de gros poinçons et ils ne pouvaient être insculpés sur des pièces d'instruments comme par exemple des clés de flûtes sans les détériorer. On ne peut donc trouver en pratique, lorsque ces pièces sont poinçonnées que le quatrième poinçon dit de "recense" qui varie selon la région et l'époque. Il figure soit un animal soit un objet, mais trop nombreux ils ne peuvent tous figurés ici.
Quelques exemples de poinçons de "recense" pour la ville de Paris.
A partir du début du XIX ème siècle avec la révolution, le système change et les poinçons aussi. Cette période est certainement la plus intéressante pour les collectionneurs car elle permet une datation précise. On trouve souvent sur les clés un petit poinçon relativement facilement datable. Par exemple sur une flûte de Claude LAURENT (Flûte en cristal) datée 1819 on retrouve le poinçon du faisceau avec hache au milieu ce qui aurait permis si nécessaire de dater l'instrument entre 1809 et 1819.

XIX ème et XX siècle : poinçons fréquemment rencontrés, particulièrement sur les flûtes en argent et sur les parties d'instruments, comme les clés de flûtes.

Deux poinçons généralement marquent ces objets : le poinçon dit de "Petite garantie" et celui losangique de l'orfèvre ou du fabricant. Ces poinçons seront appliqués pour "les clés d'instruments de musique : au gré du fabricant et de manière à ne pas les fausser". (Points d'application des poinçons français d'après le catalogue de 1838) 

Poinçons de "petite garantie".


En usage de 1798 à 1809 : Un faisceau avec listel




En usage de 1809 à 1819 :
Un faisceau avec hache au milieu à gauche, avec listel : Pour Paris.





Un faisceau avec hache en haut à droite, avec listel : Pour les Départements.





En usage de 1819 à 1838 :
Tête de lièvre pour Paris.






Pour les régions : 9 poinçons différents.









La date de 1838 est très importante pour les poinçons puisque ce sont ceux qui sont encore utilisés actuellement.
De 1838 à aujourd'hui :
La tête de sanglier en usage pour Paris de 1838 jusque vers les années 1980 :







Le crabe en usage depuis 1838 et toujours en vigueur.







Le charançon dans un rectangle en usage depuis 1893 indiquant une provenance étrangère.






Le cygne en usage depuis le 1er juillet 1893 sur tous les objets en argent dont on ne connaît pas l'origine en particulier lorsque l'objet est vendu aux enchères publiques et revendu.





Les poinçons losangiques d'orfèvres et de fabricants.

C'est principalement ces poinçons que nous souhaitons répertorier, puisque vous l'avez compris les poinçons de petite garantie sont identiques quelque soit le fabricant.
Si le poinçon de petite garantie va nous aider pour la datation des instruments, le poinçon d'orfèvre va permettre de mieux comprendre le travail du facteur, car dans la plupart des cas celui-ci ne fabriquait pas lui même les parties métalliques principalement les clés, particulièrement dans la première partie du XIX ème. Il avait recours à un orfèvre, un serrurier, un mécanicien....à un clétier :
 Par exemple Claude LAURENT en 1822 pour la réalisation d'une flûte :
Bouchon en argent d'une flûte datée de 1822 par Claude Laurent.
(David Shorey)
On reconnaît sur la photo ci-dessus le poinçon de "petite garantie" tête de lièvre (1819-1838) et le poinçon de Jean DUPIN et fils serrurier qui était situé prés du Palais Royal à coté de Laurent au 7 rue des Orties.
Pour les flûtes portant la marque "TULOU", les poinçons nous ont donné du fil à retordre. 
Poinçons d'une flûte à 5 clés de Tulou. (Musée de Bruxelles)

On reconnaît bien la tête de lièvre situant la flûte avant 1838 et le poinçon "d'orfèvre ?
Poinçon "P#B" vertical.
Ce poinçon est identique à celui d'une de mes flûtes Tulou datée de 1844, mais le poinçon d'orfèvre est dans le sens horizontal et celui de petite garantie est la tête de sanglier donc après 1838.
Poinçons d'une flûte Tulou à 5 clés datée de 1844. (René PIERRE)
Avec l'aide de Peter SPOHR et d'Anne PUSTLAUK (Merci à eux pour leur collaboration et leur travail), nous avons trouvé que ces poinçons appartenaient à Paul Nicolas BELORGEY mécanicien: Belorgey Aîné, facteur de clefs d'instruments de musique, fabrique tout ce qui a rapport aux garnitures intérieures et extérieures des instruments ; tire toute espèce de tubes à l'usage des facteurs, 32 rue du Petit Carreau". (Bottin 1840)
Dictionnaire des poinçons de fabricants d'ouvrage d'or et d'argent.  Paris 1798-1838. (1)
BELORGEY Aîné était aussi "pistonnier", il collabora avec Antoine Halary et obtiendra deux brevets. Il fera faillite en 1862. Son fils Jules Alexis BELORGEY Fils " fabricant de mécanismes pour instruments de musique en bois et en cuivre" sera "spécialiste pour le genre Boehm 16 Faubourg Saint Denis, maison du cheval blanc prés le boulevard". (Almanach Cambon 1864)
Ce point met en évidence le rôle essentiel tenu par ces mécaniciens, complètement inconnus actuellement qui ont été très actifs dans l'évolution des instruments à vent comme nous avons pu le voir dans notre article sur C.H. FELIX (cliquez sur ce lien pour lire l'article : C.H Félix.)
Outre Belorgey et Félix, il y en avait bien d'autres à Paris : BAGNE Aîné, clefs et garnitures d'instruments en cuivre ou en bois, passage du Grand Cerf. DROUELLE, fabricant de clefs en tout genre et pistons, 58 Faubourg Saint Martin. CHAUDIER, clés pour instruments 18 place Dauphine. CHAUMET, 5 rue Mauconseil. SASSAIGNE, f. Clefs en tout genre et pistons, Fg-St-Martin, 60. BODOUL, clés pour instruments, 20 rue de la Petite Friperie.
(1) 1838-1875
Joseph Dominique BRETON successeur de Claude LAURENT s'était aussi spécialisé dans la fabrication de clés: "Breton, clefs nouveau et anciens système et instruments à vent. 28 rue J.J. Rousseau.
(1) 1838-1875.
L'on comprend mieux pourquoi certaines flûtes portant des marques différentes pouvaient avoir "un air de famille" malgré des facteurs différents ; dans cette première partie du XIX ème les facteurs ce fournissaient en "garnitures" chez des clétiers communs. C'est donc le cas pour NONON qui pendant toute la période où il était contremaître chez TULOU se fournissait en clefs , en garnitures et en tube pour ses flûtes chez BELORGEY. (à confirmer)

Nous n'avons pas encore abordé la Province, particulièrement La Couture Boussey, haut lieu de fabrication d'instruments à vent. Le principe était sans doute le même mais il va être plus compliqué de déterminer les clétiers car nous ne savons pas s'ils ont été répertorié. Comme par exemple, avec cette flûte à 5 clés de Nicolas THIBOUVILLE.
Flûte de Nicolas Thibouville

Le poinçon de petite garantie au papillon  situe la fabrication des clefs dans la région nord (sans doute la région de La Couture ) et donne la période 1819 à 1838. Le poinçon d'orfèvre est inconnu "N.L", est il de La Couture ?
Pour d'autres régions de province, pour l'Alsace que nous connaissons bien nous n'avons jamais vu d'instruments ou partie d'instruments poinçonnée, pour Lyon ? A vous de nous dire ? Mais tous ces points sont à éclaircir.
Juste une petite énigme pour terminer sur la province. Une flûte de notre collection de SECRETAN à Besançon est munie d'une clé en argent ; voici son poinçon. Qu'en pensez vous?

Poinçons d'orfèvre ou de fabricant dans la deuxième partie du XIX ème.

Si nous reprenons les flûtes de TULOU, à partir de 1853 NONON quitte TULOU pour s'installer au 8 rue Rochechouart. Dès 1854 il possède son propre poinçon.
Dés le départ de NONON (1853), TULOU passe un accord avec Pierre Louis GAUTROT dit GAUTROT Aîné pour la fabrication de ses instruments. Dés 1853 Gautrot Aîné possède son poinçon personnel qui sera apposé sur les clés en argent des flûtes portant la marque TULOU, en particulier sur les flûtes perfectionnées à clétage argent. Tous les instruments de cette période porterons en plus de la marque un numéro. Nous pensons que ces instruments ont  été fabriqués par l'atelier Gautrot Aîné et vendus sous la marque Tulou. Une autre hypothèse serait que Gautrot était fournisseur de clés pour un pseudo atelier de Tulou, cette hypothèse est très peu probable car dès 1854 la maison TULOU apparaît dans le Bottin, uniquement dans l’annonce GAUTROT Aîné. 
Il semble qu'à partir de la deuxième partie du XIX ème siècle, les facteurs avaient leurs propres poinçons peut être avaient ils dans leurs ateliers un mécanicien ? C'était le cas pour Jacques LABBAYE,
MARTIN Frères :


Paul BIE :

Simon LEFEVRE :
Auguste BUFFET :
TOURNIER et GOUMAS :
Ce principe a continué après 1875, c'est ainsi que les flûtes LOT de 1876 vers 1904 portent le poinçon de H.D VILLETTE, puis après celui de E. CHAMBILLE;

Auguste BONNEVILLE avait son poinçon etc........

Vous voyez il y a encore du travail à faire dans ce domaine, Donc merci pour vos envois de photos de poinçons et merci pour votre aide.